Création

2025, l’année du serpent

Texte et une mise en scène :
Philippe Ducros

2025

Dates et lieux

Présenté du 18 février au 8 mars 2003

En coproduction avec le réseau des Maisons de la Culture de Montréal en partenariat avec le Fonds Jeunesse Québec

Crédits de production

Texte et mise en scène : Philippe Ducros

Avec : Danny Gilmore, Chantal Dumoulin, Christian-Michel Grenier, Alex Ivanovici, Denis Lavalou, Marie-Christine Lê-Huu, Jean-Marie Moncelet, Michel Mongeau et Johnny Say

Scénographie et accessoires :
David Pelletier
Vidéo : François Péloquin
Costumes : Marie-Pierre Fleury
Environnement sonore : Ludovic Bonnier
Éclairages et direction de production : Martin Gagné
Assistance à la mise en scène, régie et direction de tournée : Shelley Dupasquier
Direction technique et régie vidéo :
Nancy Rozon
Relations de presse : Hugo Couturier
Conception graphique : Elastik

Coproduction du Théâtre du Grand Jour et du réseau des Maisons de la Culture de la Ville de Montréal avec la participation financière du Fonds Jeunesse Québec.
Chine, 2025, guerre civile. John Smith, six milliardième homme sur terre, essaie d’identifier les cadavres sans nom que les guerres laissent derrière elles. La Croix-Rouge prend en photo les effets personnels des victimes et les rassemble dans un livre. C’est avec ce livre en main que John Smith, accompagné du photographe de guerre Janvier Kino, va dans les camps pour le tendre à tous ceux qui cherchent. Avant de partir au front, il quitte l’amour de sa vie, Xia Habibi. Stérile, elle voudrait que John l’oublie. Mais la mémoire n’est pas une télé que l’on peut éteindre…

Écrite en Chine, 2025, l’année du Serpent est une réflexion sur notre responsabilité dans les conflits internationaux et sur l’image que les médias nous en donnent. Elle traite des crimes de guerre à l’intérieur d’un ordre mondial plus fasciné par l’image que par la cause. C’est la guerre vue d’un sofa. Lauréate de la Prime à la Création 2002 du Fonds Gratien Gélinas, c’est avec cette pièce de Philippe Ducros que le Grand Jour a voulu élargir ses préoccupations à l’échelle internationale.