La compagnie

Le Théâtre du Grand Jour

UNE DÉMARCHE AU COEUR DES TERRITOIRES INTIMES ET SOCIAUX!

MTL_au_GrandJour_BG

Équipe

Direction générale et artistique :
Sylvain Bélanger

Administratrice :
Véronique Fontaine

Coordination :
Margaux Blachère

Direction de production :
Marie-Hélène Dufort

Comptabilité :
Renée Hudon

Relations de presse :
Jean-Sébastien Rousseau – Rugicomm

Comité de financement

Claude Martel, Président, Octave Maecenas

Nicolas Poirier-Quesnel, Conseiller principal communications, programmes Challenger, Bombardier Aéronautique

Martin Simoneau, Responsable Communications et développement des partenariats, Réunir Réussir (R2)

Conseil d’administration

Présidente Sonia Lacombe, M.Sc., MBA Directrice Changements climatiques, Rio Tinto

Vice-président et Trésorier :
Sylvain Bélanger, Directeur général et artistique, Théâtre du Grand Jour


Administrateurs :
Guillaume Le Roux, MBA, CGA, Directeur, Consultation, BDC
Philippe Beauregard, Chef des communications, Université Concordia
France Levert, Conseillère principale, secteur développement durable, Hydro-Québec
Claude Martel, Président, Octave Maecenas
Nicolas Poirier-Quesnel, Conseiller principal communications, programmes Challenger, Bombardier Aéronautique

Le Grand Jour est une compagnie de théâtre de création qui aborde les enjeux de la responsabilité sociale par la dramaturgie contemporaine.

Mission

Le Théâtre du Grand Jour a été fondé en 1998 pour développer une tribune théâtrale axée sur la responsabilité sociale. La compagnie croit que le théâtre est un outil de réflexion sociale important et que les artistes, tout comme le public, ont un rôle déterminant à jouer dans la « prise en charge » de la représentation. L’œuvre théâtrale, l’échange, devient alors la responsabilité de tous.

Le Grand Jour est le moteur d’une utopie : stimuler la réflexion sociale par l’artistique, au travers une aventure esthétique sans compromis. Elle explore depuis 15 ans les mutations de la responsabilité individuelle dans le contexte actuel de désagrégation de l’identité citoyenne. La compagnie est investie d’un esprit de recherche qui s’impose, persiste et évolue: cet accès au social par l’intime, cette passion de créer un théâtre qui par ses conventions, fait en sorte que le spectateur ne peut pas échapper à une forme de responsabilisation.

Le Grand Jour a comme objectif de rassembler les artistes émergents pour encourager les prises de paroles virulentes et la création de spectacles qui favorisent l’esprit critique et dans lesquels la forme théâtrale est pensée en fonction de questionner et de faire évoluer notre rapport à la citoyenneté.

La compagnie développe un public jeune et audacieux et rayonne auprès de différentes collectivités en s’associant à d’autres organismes de la francophonie, dans des contextes de coproductions et de tournées nationales et internationales.

Le Théâtre du Grand Jour est un organisme de charité.

Historique

En 1999, la pièce Autodafé d’Olivier Choinière, mise en scène par André Brassard, inaugurait les activités de la compagnie. À l’automne 2000, le Grand Jour se faisait remarquer en organisant son premier événement, Le Sommet, un projet ambitieux réunissant soixante-quinze créateurs et intervenants autour du thème de l’engagement. Deux ans plus tard, un second événement allait répondre au premier : Mai 02 – Liberté à la carte. Des spectateurs solitaires, conduits par des acteurs-chauffeurs de taxi découvraient, à travers différents lieux de Montréal, une douzaine de stations réparties en trois trajets. Entre temps, en avril 2001, le Grand Jour produisait Le long de la Principale de Steve Laplante. En 2002, 2025, l’année du Serpent, de Philippe Ducros, prix Gratien-Gélinas, est produit dans les Maisons de la Culture de Montréal.

En février 2005, le Grand Jour s’est vu décerner six nominations à La Soirée des Masques pour avoir présenté, avec un succès retentissant, Cette fille-là de Joan MacLeod, dans une mise en scène de Sylvain Bélanger, avec Sophie Cadieux, au Théâtre la Licorne. La pièce a fait l’objet de deux reprises à La Licorne, d’une tournée québécoise en avril 2006, suivie d’une série de représentations au Périscope à Québec et au TARMAC à Paris en juin 2008. Elle aura été jouée cent dix-sept fois ! En avril 2006, le Grand Jour a également coproduit Venise-en-Québec d’Olivier Choinière avec le Théâtre d’Aujourd’hui, dans une mise en scène de Jean-Frédéric Messier et présenté un événement de théâtre à domicile appelé Les Grands Responsables, qui a été tenu du 13 octobre au 4 décembre 2006. L’année 2007 a été celle de Moi chien créole, coproduite avec L’Artchipel, Scène Nationale de la Guadeloupe. La création de Moi chien créole a eu lieu en Martinique en mars 2007. La production a par la suite été présentée à Toulouse, à la Comédie-Française de Paris, en Guadeloupe, à Espace Libre en septembre 2007 à Montréal, ainsi qu’au Centre National des Arts à Ottawa. En 2009-2010, le Grand Jour a présenté la pièce Terrorisme des frères Presnyakov aux Écuries à Montréal, au Théâtre de Poche à Bruxelles.

Le Grand Jour a collaboré pendant six ans en tant que l’une des compagnies fondatrices, à la fondation du Théâtre Aux Écuries, un nouveau centre de création et de diffusion dédié aux artistes émergents et aux formes alternatives, lieu qu’elle a quitté en tant que compagnie résidente à l’automne 2012.

La création de L’Enclos de l’éléphant, d’Étienne Lepage, a été fort remarquée au Festival TransAmériques en 2011, avant d’être diffusée à Espace Libre en septembre de la même année. Ce texte avait reçu une mention lors de la remise du Prix Gratien-Gélinas ainsi qu’une nomination au Prix du Gouverneur Général en 2011. Le spectacle a fait figure dans les palmarès des meilleurs spectacles de 2011 des Cahiers de théâtre JEU et de l’hebdomadaire VOIR. Le texte a remporté le prix de la critique en 2012, l’une des trois nominations associées au spectacle.

Développé en résidence d’écriture pour la compagnie, la pièce Billy (les jours de hurlement) de Fabien Cloutier, a remporté le Prix Gratien-Gélinas en 2011 et a été nominée au Prix du Gouverneur Général en 2012. Elle a été créée le 30 avril 2012 au Théâtre La Licorne, dans une mise en scène de Sylvain Bélanger.

Montréal au Grand Jour / Événement bénéfice

MTL_au_GrandJour
L’événement bénéfice du Théâtre du Grand Jour aura lieu en mars 2014, une nouvelle expérience théâtrale en collaboration avec OXFAM Québec !

Cette année, l’activité bénéfice du Grand Jour vise la conscientisation associée  à l’une de nos grandes richesses naturelles: l’eau.
L’eau, comme la vitalité, comme bien commun universel, comme ressource économique, comme symbole de cohésion sociale, comme symbole premier de ce qui conjugue la vie et le moteur de la santé physique, sociale et économique mondiale.
L’eau est aussi le symbole de disparités et d’injustices mondiales: les uns en vendent, les autres en manquent…

Le Grand Jour, avec sa mission artistique et sociale, motivé par l’aventure esthétique des artistes et par la conscience humanitaire de leurs spectateurs, déploie toutes ses énergies cette année au développement d’un partenariat de premier plan qui lui permettra de s’associer à Oxfam Québec, à qui il versera la moitié de la somme récoltée lors de cette ambitieuse campagne.
L’équipe de la compagnie a imaginé un déambulatoire théâtral à travers un pan de l’histoire des canalisations de Montréal. Munis de casques d’écoute, les spectateurs présents lors de cette soirée originale seront appelés à s’interroger sur ce que révèle l’histoire de l’exploitation de l’eau à Montréal, au Québec et dans le monde. Partant d’une référence qu’ils connaissent bien, la leur, ils seront appelés à réaliser les enjeux qui se profilent à l’horizon de ce qui est soulevé cette année lors de L’Année internationale de l’eau.
Gens d’affaires et artistes conjugueront une fois de plus leurs efforts pour ne faire qu’un au chapitre de la conscience sociale, exigée de tous, pour tous.

Montréal au Grand Jour
, cette année, c’est l’expérience théâtrale d’une soirée, mais le prolongement d’une histoire braquée sur la pérennité de nos richesses et de nos valeurs communes.